Diocese dassa

 

Dernières vidéos

Voyage au cœur de la Grotte Notre Dame Arigbo de Dassa au Bénin
Religion : célébration des 22 ans d'existence du diocèse de Dassa
Pèlerinage National des jeunes 2018 à Dassa Benin
  • Monseigneur François GNONHOSSOU à Trèbes
MEDITER AVEC MONSEIGNEUR
Ordinations presbytrales  Dassa, le 08/12/2018Ordinations presbytérales Dassa, le 08/12/2018


 


« Je suis la Servante du Seigneur qu’il me soit fait selon sa volonté ». ( Lc1,38)


Chers fils et filles de Dieu, je vous réitère ma salutation et souhait de paix dans la foi en Jésus-Christ notre Seigneur.


En cette auguste occasion de fête en l’honneur de Marie, l’Immaculée Conception, je voudrais, au nom de tout le clergé, des agents pastoraux, de tous les fidèles du diocèse de Dassa et en particulier au nom des trois nouveaux ordinands, souhaiter à vous tous joyeuse et fructueuse célébration et de façon spéciale, bonne fête aux pères des Missions Africaines nos ancêtres dans la foi dont c’est aujourd’hui l’anniversaire de fondation (08 décembre 1856 dans la basilique Notre Dame de Fourvière à Lyon par le bon serviteur de Dieu, Mgr. Melchior de Marion Brésillac. Je vous invite à prier pour que l’Église reconnaisse ses mérites pour la cause de sa béatification).


Ce clin d’œil d’attention et de reconnaissance aux pères des Missions Africaines se justifie bien et requiert une grande importance pour nous, en ce jour où nous ordonnons trois jeunes prêtres de notre diocèse. C’est pour nous un acte de reconnaissance à Dieu qui a suscité dans le cœur de Mgr. BRÉSILLAC et ses compagnons l’ardent désir de venir porter la Bonne Nouvelle de salut dans notre pays. Comment en ce jour ne pas fait monter nos actions de grâce à Dieu en souvenir des pionniers de notre histoire d’évangélisation que sont les pères : Francisco BORGHERO, EDDE ET FERNANDEZ.


Ces intrépides premiers missionnaires qui ont foulé le sol des côtes des esclaves le 18 Avril 1861. À leur suite, toute une foule a suivi, de Mgr. Dartois, Steinmetz à PARISOT et de nombreux jeunes courageux et valeureux missionnaires qui ont fait de leur vie d’agréable offrande pour la fondation de notre Église solidement bâtie sur d’authentiques témoignages de foi dont nous avons l’impérieux et urgent devoir d’honorer et servir avec empressement. Héritiers que nous sommes, par notre foi, nous avons l’insigne responsabilité de connaître, de préserver et de perpétuer notre histoire d’évangélisation si palpitante et si riche qui fait de nous un vrai peuple de Dieu, une Église dont la foi est essentiellement fondée sur l’enseignement des Apôtres, et transmise par les pères des Missions Africaines. Soyons fiers de ce que nous sommes, membres du corps mystique de Jésus par la foi et la grâce baptismale, membres de l’Église Catholique et Apostolique. Ne nous laissons pas distraire par ceux qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas. Ceux qui, sous l’influence des pouvoirs diaboliques et éphémères font peur aux âmes faibles et naïves pour les soumettre à leur influence pernicieuse, qui séduisent les gens en quête du merveilleux pour les exploiter et les ruiner.


La grâce sacerdotale que nous allons conférer à ces candidats d’un instant à l’autre par l’imposition des mains est une réalité de volonté divine qui s’inscrit dans la tradition de l’Église et nous vient du dépôt de la foi authentiquement et historiquement fondée sur les Apôtres. Les ordinations que nous célébrons en cette solennité de l’Immaculée Conception nous rappellent que c’est Dieu qui choisit et envoie. Comme Marie, nous devons accueillir humblement la grâce sacerdotale comme un don de Dieu pour l’œuvre du salut. C’est pour perpétuer sa grâce et semer sa parole dans les âmes que Dieu nous appelle à son saint service. Ne manquons pas de rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits pour notre pays,  soyons fiers de nos aînés dans la foi, soutenons et encourageons les témoins de l’Évangile de nos jours à persévérer dans la foi, prions pour que Dieu dans sa bonté, jette son regard de miséricorde sur ceux qui s’égarent loin de la foi.


Si nous avons choisi d’ordonner nos candidats en cette solennité de l’Immaculée conception de la Vierge Marie, c’est que nous souhaitons que nos trois jeunes candidats à la vie sacerdotale voient en Marie le modèle parfait d’obéissance, de détachement, de pauvreté et de fidélité au service de l’Église. Qu’ils deviennent réellement les fils de prédilection de la Mère de Dieu, et qu’ils gardent en mémoire que sans Marie on ne peut vraiment connaître, aimer et servir Jésus, et ainsi aspirer à la vie de sainteté. En Marie, Mère de Jésus pleine de grâce, Servante de l’Église, le sacerdoce trouve son expression comme service par lequel le prêtre se sanctifie et sanctifie le peuple de Dieu. Sanctifiée d’une manière toute spéciale, Marie obtient la grâce de sanctification aux prêtres. « Faites tout ce qu’il vous dira, intime-t-elle aux apôtres ».


Dieu l’a sanctifiée et comblée de grâce, ainsi elle perçoit et sait ce que Dieu peut faire avec nous et pour nous.


En fêtant l’immaculée conception, nous pouvons louer Dieu pour les grâces qu’il nous donne, à l’image de Marie, et demander qu’il daigne continuer de nous sanctifier en Jésus son Fils bien-aimé, dans la puissance de l’Esprit Saint. Puissions-nous comme Marie cheminer avec le Seigneur, dans une attitude d’abandon à sa volonté en tout confiance pour rentrer un jour dans la plénitude éternelle, par une vie de foi qui trouve grâce devant Dieu.


« Sois sans crainte Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ».


Bien aimés du Seigneur,


Fils et filles de Dieu,


Cette réponse de l’Ange Gabriel à Marie que nous venons d’entendre dans l’évangile a pour objectif de sortir Marie de son inquiétude. A la salutation de l’Ange à Marie, l’évangéliste Luc nous rapporte que Marie était toute bouleversée. Elle se demandait surtout ce que pouvait signifier cette salutation.


Ce que je retiens de cette page d’évangile et sur lequel je voudrais attirer l’attention de ces jeunes candidats à la vie sacerdotale Job, Audin et Augustin, est que, Dieu sait tout de celui qu’il appelle. Celui avec qui le Seigneur veut entrer en relation, il le connaît. A l’élection de David par exemple (1Sa. 16,1-13), le Seigneur indiqua la maison de Jessé de Bethléem pour prendre parmi ses nombreux fils le roi qu’il a plu à son cœur de choisir. Le Seigneur connaissait celui qu’il a choisi. Jessé et Samuel ne le connaissaient pas. Eux, considéraient l’apparence. Mais le Seigneur lui regarde le cœur et non l’apparence. C’est ce que le Psalmiste nous aide à comprendre en ces thèmes : Seigneur « Depuis le ventre de ma mère, tu me connais ».


Celui que Dieu choisit, il le connaît dans tout son être.  Il connaît son père et sa mère. Il connaît son village, sa maison et son entourage comme nous le voyons dans la séquence de l’annonciation avec Marie. C’est à celui que le Seigneur choisit qu’il confère la grâce de porter son message.


La prise en considération de ces données familiales que le Seigneur connaît de nous peut nous amener à ne pas banaliser nos choix à collaborer à l’œuvre du salut.


Mais, les choix de Dieu sont libres et parfois surprenants. C’est pourquoi, Marie, comme tout appelé peut avoir raison d’être troublé en face du regard bienveillant de Dieu sur celui qui est choisi. Comme Marie, chers fils Job, Audin et Augustin, vous pouvez vous poser des questions sur votre choix. Pourquoi Dieu vous associe à son œuvre ? Pourquoi il fait de vous des collaborateurs dans sa vigne ? C’est un mystère que seule la fidélité et la foi en Dieu peuvent vous aider à  comprendre.


 La méditation de cet évangile nous met à l’écoute de l’ange qui conseille à Marie l’attitude à tenir, lorsque le choix de Dieu se porte sur nous. La confiance en Dieu, l’offrande totale de nous-mêmes, l’abandon à la volonté de Dieu et la sérénité en face du dessein de Dieu sur nous et la une réponse libre, vraie et sûre nous mettent dans de bonnes dispositions pour faire la volonté de Dieu malgré nos limites humaines : « Je suis la Servante du Seigneur qu’il me soit fait selon sa volonté ».


A l’inquiétude de Marie face au projet de Dieu qui commençait en elle l’Ange Gabriel la rassure et l’invite à la sérénité. « Sois sans crainte Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ». Tout appelé trouve grâce auprès de Dieu, et nous devons en faire bon usage. Lorsque nous nous engageons pour la cause de Dieu, sa grâce ne nous fait jamais défaut. Cette invitation de l’Ange apaisera Marie qui fut toute troublée par la gravité de la mission. Elle l’invitera à l’intériorité, au recueillement, conditions nécessaires pour favoriser la grâce du Seigneur en nous. Marie avait besoin de cet état de recueillement, de paix intérieure pour recevoir l’Esprit Saint. « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre ». Nous sommes là comme au cœur d’un sacrement où l’attitude intérieure est requise.


Chers fils,


Bientôt vous allez vivre des étapes importantes de votre configuration au Christ-Prêtre. Vous aurez des moments forts comme celui de la litanie des saints, de l’imposition des mains et de la prière consécratoire. Après cette ordination, vous commencerez par transmettre la puissance de l’Esprit Saint qui vous sanctifiera et se reposera sur vous. Vous aurez toujours besoin dans toutes vos célébrations de cette sérénité, de cette disposition intérieure pour communiquer l’Esprit Saint. Les fidèles pour qui vous célébrez les sacrements ont aussi besoin de cette intériorité pour recevoir pleinement la grâce que vous leur demandez de la part du Seigneur. Rien ne changera en vous intrinsèquement, mais intérieurement la grâce sacerdotale agira en vous tant que vous agissez en lieu et place du Christ. La participation au sacrement que le Seigneur nous donne de célébrer est source de grâce pour nous dans la mesure où nous nous laissons saisir par l’Esprit qui descend sur nous quand nous posons des actes liturgiques pour le salut des âmes. L’acte liturgique en toutes ses formes n’est pas à banaliser, à faire à la légère ou avec négligence, mais avec sérieux, respect et révérence en ce sens que lorsqu’il est posé, il nous sanctifie et nous unit à Dieu. L’exhortation de l’Ange à Marie nous apprend à nous laisser habiter par la sérénité, la paix intérieure en toute célébration des mystères et actes liturgiques, ceci  en tout temps et en tous lieux.


Je voudrais aussi me pencher sur la réponse de Marie à l’Ange. Elle s’exclame : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole ». Aujourd’hui, au cours de cette célébration, vous avez répondu favorablement aux engagements que l’Eglise propose à ceux qu’elle choisit et consacre dans la puissance de l’Esprit Saint, prêtres de Jésus Christ. Par ces engagements, à l’exemple de Marie, vous avez donné votre accord. Vous collaborerez au projet qui vous a été présenté de la part du Seigneur : Adorer le Seigneur en servant l’Église. Personne ne vous a soufflé ou obligé à donner votre réponse. C’est devant le peuple de Dieu que vous avez répondu et pris vos engagements. C’est dans votre ‘‘cœur’’, c'est-à-dire au plus intime de votre conscience, que s’est produit le lien entre votre liberté d'homme et la volonté de Dieu et  vous avez répondu  « Oui, je le veux ». Oui Seigneur, je veux te servir. Oui Seigneur, je veux te magnifier et te louer.


La démarche de Marie avant de prendre cet engagement à collaborer à l’œuvre de la rédemption a été une démarche franche, bien consciente et détachée de tout intérêt subjectif.


Bien que surprise de la faveur qui lui est accordée, reconnaissant la faiblesse de sa nature, Marie s’est laissée totalement intégrée dans le plan de Dieu.


-         : « comment cela va-t-il se faire ? Je suis vierge ».


-         Elle reçoit la confirmation de l’Ange que rien n’est impossible à Dieu.


Ce n’est qu’après cette démarche clairvoyante et rassurante qu’elle donne son consentement : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole ».


Je voudrais vous inviter à vivre votre ministère sacerdotal dans l’esprit de la conscience de Marie. C’est seulement la prise en considération de ce que nous sommes et de ce à quoi nous sommes appelés qui peut nous permettre de servir le Seigneur dans la fidélité. Être ordonnés prêtres, c’est entrer dans le plan pastoral d’un diocèse pour le service désintéressé de l’Église, c’est accepté librement et par obéissance la mission que L’Église nous confie sous l’autorité d’un pasteur, ceci se fait dans la foi en Dieu et par l’amour de la passion de servir l’Église. Donnez-vous des conditions de vie favorables pour obtenir l’esprit de la conscience de Marie. N’oubliez pas la pratique des sacrements pour vous-mêmes. Priez le chapelet et le bréviaire. Donnez-vous du temps pour l’adoration du Saint Sacrement, la lectio divina. C’est par ces chemins que l’Eglise forme et accompagne ses enfants à être de vrais serviteurs et adorateurs du Dieu vivant.


Nous prions le Seigneur de vous accorder un fructueux et sanctifiant ministère. Que l’intercession de la Vierge Immaculée vous accompagne et vous obtienne de servir le Seigneur d’un cœur serein, sage et bon.


Le Seigneur soit avec vous.


 


+ François G. GNONHOSSOU, sma


Evêque de Dassa-Zoumè


 


 
 
Mditation de ce 26 juin 2010Méditation de ce 26 juin 2010
Cf. Lm. 2, 2.10-14.18-19 Ps. 73 Mt. 8, 5-17 Le verset du Psaume rsume bien le contenu de lEvangile : Noublie pas pour toujours la vie de tes pauvres. Pourquoi nous rejetterait-il et...   Lire la suite
Mditation du 25 Juin 2010Méditation du 25 Juin 2010
Cf. 2R. 25, 1-12 Ps. 136 Mt. 8, 1-4 Si je men tiens uniquement lEvangile, ce qui mmerveille le plus, cest la bont que le Seigneur manifeste autour de lui. Cette bont est si vidente que...   Lire la suite
TOUTES LES MEDITATIONS
Titre Date de publication
Méditation de ce 26 juin 2010
Méditation de ce 26 juin 2010
Samedi 26 Juin 2010
Méditation du 25 Juin 2010
Méditation du 25 Juin 2010
Vendredi 25 Juin 2010
Méditation du 24 Juin 2010
Méditation du 24 Juin 2010
Jeudi 24 Juin 2010
Méditation du 23 Juin 2010
Méditation du 23 Juin 2010
Mercredi 23 Juin 2010
Méditation du 22 Juin 2010
Méditation du 22 Juin 2010
Mardi 22 Juin 2010
Méditation du 21 Juin 2010
Méditation du 21 Juin 2010
Lundi 21 Juin 2010
Méditation du 20 Juin 2010
Méditation du 20 Juin 2010
Dimanche 20 Juin 2010
Méditation du 19 Juin 2010
Méditation du 19 Juin 2010
Samedi 19 Juin 2010
Méditation de ce vendredi 18 Juin 2010
Méditation de ce vendredi 18 Juin 2010
Vendredi 18 Juin 2010

Saint du jour
Lectures du jour
précédent Novembre 2019 suivant
Lu Ma Me Je Ve Sa Di



Newsletter

Recevez notre newsletter

 

La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu

Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20)

Contactez Nous

  • BP 106 Dassa-Zoumé
  • Tél. : +229 22 53 01 80
  • Fax : +229 22 53 04 77
  • E-mail : eveche@diocese-dassa-zoume.org

Réseaux Sociaux

Suivez nous sur les réseaux.

rss