Diocese dassa

 

Dernières vidéos

Les secrets du vatican | Documentaire 2016
Récitation à haute voix du saint Rosaire...
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
ACTUALITES DU DIOCESE
LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS RELATIONNELLES LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS RELATIONNELLES



L’Année sainte de la Miséricorde au niveau de l’Église universelle coïncide, par un merveilleux dessein de la Providence, avec l’année de la Réconciliation pour les Églises d’Afrique. Le Père Moïse ADEKAMBI analyse ici, les harmoniques et les implications de cette double célébration sur les relations interpersonnelles et interethniques en Église.


Pour l’Afrique, Année de la Miséricorde et Année de la Réconciliation


L’année sainte de la Miséricorde proclamée par le Pape François pour toute l’Église Universelle, commence le 8 décembre 2015 pour finir le 20 novembre 2016. En Afrique et pour les Églises d’Afrique c’est « l’année continentale de la réconciliation » lancée le 29 juillet 2015 par le Symposium des Conférences Épiscopales d’Afrique et Madagascar (SCEAM), à l’occasion de la célébration du 46ème anniversaire de cette structure ecclésiale. Elle dure jusqu’au 29 juillet 2016. Selon les mots du Pape Benoît XVI qui l’a suggérée, il s’agit d’une « année jubilaire extraordinaire » de la Réconciliation (cf. Africae Munus [AM], n° 157).


Le même Pape écrit: « Pour encourager la réconciliation, à titre collectif, je recommande vivement, comme l’ont souligné les Pères synodaux, de célébrer tous les ans dans chaque pays africain, un jour ou une semaine de réconciliation, particulièrement pendant l’Avent ou le Carême » (ib.).


Année de la réconciliation au niveau continental; une journée ou une semaine annuelle de la réconciliation au niveau national, il devient évident que pour les Africains, la réconciliation entre les personnes et les ethnies revêt une importance et une urgence capitales. En conséquence, pour les Églises d’Afrique, pasteurs et « troupeaux » confondus, l’année de la Miséricorde ne peut se vivre sans l’orienter vers cette réconciliation tant souhaitée. Elle n’aura pas lieu sans la miséricorde exercée les uns envers les autres. En dehors de cela, le reste ne sera que pieux vœux et accords de circonstances.


Miséricorde et réconciliation en Afrique


L’année de la réconciliation est voulue comme une année « pour demander à Dieu un pardon spécial pour tous les maux et blessures que les êtres humains se sont infligés les uns aux autres en Afrique, et pour que se réconcilient les personnes et les groupes qui ont été blessés dans l’Église et dans l’ensemble de la société » (ib.). «Il s’agirait d’une Année jubilaire extraordinaire « pendant laquelle l’Église en Afrique et dans les Îles adjacentes rend grâce avec l’Église universelle et prie pour recevoir les dons de l’Esprit Saint », spécialement le don de la réconciliation, de la justice et de la paix » (ib.). Dans un tel esprit, la Miséricorde doit se conjuguer non seulement avec la réconciliation, mais aussi avec la justice et la paix, et vice versa. Pour emprunter la formulation du Ps 85,11, disons:


Miséricorde et Réconciliation doivent se rencontrer


Elles doivent embrasser Justice et Paix.[1]


S’il peut en être ainsi, c’est parce que la miséricorde, dans son vécu, est, dans les langues d’une partie du Bénin, notamment en Yoruba, une réalité tridimensionnelle. Elle est un regard (oju aanu) porté sur l’autre; cet autre coupable d’un manquement et qui implore miséricorde; ou se trouvant dans une situation de détresse appelant une œuvre de miséricorde. On retrouve ces trois aspects  dans la Bible, notamment dans le Nouveau Testament. Des deux mots grecs utilisés, eleos et oiktirmos, le premier les exprime mieux.


La miséricorde comme bienveillance et bienfaisance envers tous


La miséricorde-eleos s’appréhende particulièrement à travers des actions de salut venant de Dieu et dont nous avons trois chantres principaux dans l’Évangile de St Luc : Marie dans son Magnificat (1,46-55), Élisabeth (cf. 1,25.58) et Zacharie (1,68-79). Les différentes traductions du mot eleos dans les versets où il apparaît permettent de saisir la richesse de la miséricorde-eleos manifestée par Dieu et que tout être humain est appelé à manifester à l’égard de son semblable : miséricorde (Bible de Jérusalem), bonté (TOB) et amour (Bible Traduction Officielle Liturgique). Dès lors, « être miséricordieux comme le Père » (cf. Lc 6,36), le thème de l’Année de la Miséricorde, c’est littéralement « faire la miséricorde (to eleos) envers l’homme tombé aux mains des brigands», à la manière de Dieu et de Jésus, mais aussi à l’exemple du Samaritain du récit de Lc 10,29-37. « Va, et toi aussi, fais de même » (10,37) dit Jésus au scribe venu l’interroger. C’est aussi un impératif pour tout auditeur et tout lecteur de ce récit.


Celui-ci n’indique pas la nationalité ethnique du blessé. Mais tout laisse croire qu’il s’agit d’un Juif, puisqu’il descendait de Jérusalem à Jéricho. Cela donne à la miséricorde bienveillante du Samaritain toute une autre marque : c’est une miséricorde envers un frère-ennemi, un ennemi historique ou traditionnel, comme l’étaient les Juifs et les Samaritains (cf. Jn 4,9).


Dans une Afrique où des personnes et des groupes ethniques se veulent et se font littéralement du mal, gardant, consciemment ou inconsciemment, « le souvenir douloureux des cicatrices laissées par les luttes fratricides entre les ethnies »; dans un « continent… confronté à des rivalités, à des formes d’esclavage et de colonisation nouvelles (endogènes ou exogènes) » (AM 9), l’Année jubilaire de la Miséricorde est une année où individus et groupes socio-culturels sont appelés à se convaincre que la voie du salut individuel et collectif, sur tous les plans et dans tous les domaines, est celle du bien fait à tous : aux « amis » ou « alliés », comme aux « ennemis historiques » et aux éternels offenseurs ou offensés de toute sorte.


Miséricorde-pardon et réconciliation


Un autre récit, celui du serviteur et débiteur impitoyable de Mt 18,23-35 indique la connotation du pardon dans la miséricorde. C’est dans ce récit que l’on trouve dans les Évangiles le verbe eleeô (utilisé dans « Kyrie eleison ») à l’infinitif. Les trois traductions de référence sont unanimes : eleeô c’est aussi « avoir pitié ». Le récit développe ce que cela signifie concrètement avant de conclure : « C’est ainsi que vous traitera aussi mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur ». Pardonner, c’est-à-dire « laisser aller », « effacer la dette », « du fond du cœur » et non du bout des lèvres.


Mots de conclusion


« Celui qui fait la miséricorde » c’est celui qui veut et fait du bien, et non du mal, à son frère en humanité, qu’il soit un « ami » ou un « ennemi », parce que offenseur ou offensé. Cela suppose une capacité à prendre un autre « point de vue », celui du « regard miséricordieux » sur les personnes et les événements. Mais surtout, cela suppose une lutte contre le mal, à l’intérieur et à l’extérieur de soi. Saint Paul écrit en effet: « Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien » (Rm 12,21). Ce n’est possible que les armes de la bienveillance-bienfaisance et du pardon. Grâce à elles les personnes et les ethnies peuvent tourner définitivement le dos à un passé et à un présent de conflits, couverts ou ouverts, qui marquent encore les relations entre les entités socioculturelles de nos pays africains. Hélas, l’Église elle-même n’en est pas épargnée. Cette année 2015-2016, doublement jubilaire pour l’Afrique, est une occasion en or pour s’engager, non en paroles et en discours, mais en actes et en vérité, à relever le défi, pour l’édification d’une Église en Afrique qui soit effectivement une Église-Famille du Père, Fraternité du Fils et Communion de l’Esprit Saint.


 


Père Moïse Adeniran ADEKAMBI


Diocèse de Porto-Novo


 






[1] Voici le texte exact du Ps 85,11-12 selon la traduction de la Nouvelle Traduction Œcuménique de la Bible : Fidélité et Vérité se sont rencontrées, // elles ont embrassé la Paix et la Justice.


Abbé Ludovic GNANSOUNOU
Publié le Vendredi 23 Septembre 2016
 
 
Mgr Franois  TrvesMgr François à Trèves
Mgr François GNONHOSSOU, évêque de Dassa-Zoumè, le cardinal Reinhardt MARX, archevêque de Munich et Mgr Stephan ACKERMANN , évêque de...   Lire la suite
Quatre nouveaux prtres invits au courage des tmoins de lEvangileQuatre nouveaux prêtres invités au courage des témoins de lEvangile
La paroisse saint Jean Apôtre d’Agouagon Thio a été témoin d’un événement inédit ce samedi 20 janvier 2018. Ce fut la première...   Lire la suite
TOUTE L'ACTUALITE DU DIOCESE
Titre Date de publication
Mgr François à Trèves
Mgr François à Trèves
Mardi 17 Avril 2018
Quatre nouveaux prêtres invités au...
Quatre nouveaux prêtres invités au courage des témoins de lEvangile
Dimanche 21 Janvier 2018
Retraite sacerdotale du clergé...
Retraite sacerdotale du clergé diocésain
Dimanche 24 Septembre 2017
Programme du pèlerinage (2ème...
Programme du pèlerinage (2ème partie)
Jeudi 03 Août 2017
En marche vers les noces dargent
En marche vers les noces dargent
Samedi 10 Juin 2017
VIE DIOCESAINE
VIE DIOCESAINE
Jeudi 20 Avril 2017
RAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TIC
RAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TIC
Jeudi 09 Février 2017
Voeux du nouvel an
Voeux du nouvel an
Vendredi 06 Janvier 2017
Signature de lAccord-cadre entre le...
Signature de lAccord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Bénin
Mardi 18 Octobre 2016
LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS...
LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS RELATIONNELLES
Vendredi 23 Septembre 2016

Saint du jour
Ste Rita de Cascia, religieuse (1381-1447)

Lectures du jour
Jacques 4,1-10.
Ps 55(54),7-8.9-10ab.10cd-11ab.23.
Mc 9,30-37.
Agenda du diocèse
précédent Mai 2018 suivant
Lu Ma Me Je Ve Sa Di



Newsletter

Recevez notre newsletter

 

La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu

Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20)

Contactez Nous

  • BP 106 Dassa-Zoumé
  • Tél. : +229 22 53 01 80
  • Fax : +229 22 53 04 77
  • E-mail : eveche@diocese-dassa-zoume.org

Réseaux Sociaux

Suivez nous sur les réseaux.

rss