Diocese dassa

 

Dernières vidéos

Les secrets du vatican | Documentaire 2016
Récitation à haute voix du saint Rosaire...
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
  • Lorem Ipsum Dolor Amet Consectetur
ACTUALITES DU DIOCESE
RAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TICRAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TIC


 


Maîtriser les outils de communication sociale a été pour l’Eglise un souci majeur dès l’apparition des premiers moyens modernes de communication sociale. Ainsi, les Pères  du Concile œcuménique de Vatican II ont pressenti la grande révolution technologique qui se profilait à l’horizon, avec ses avantages et ses inconvénients, quand ils écrivaient dans le Décret sur les Moyens de communication sociale Inter Mirifica au numéro 10 :


« Les usagers [des moyens de communication], les jeunes particulièrement, doivent s’entraîner à la modération et à la discipline dans l’usage de ces moyens et chercher en outre à mieux comprendre ce qu’ils voient, entendent et lisent. Ils en discuteront, soit avec leurs éducateurs, soit avec des spécialistes en ces matières ; ils apprendront ainsi à se former un jugement droit ».


Le colloque qui s’est tenu du lundi 6 au mercredi 8 février 2017 au Séminaire Saint Gall de Ouidah, sous le thème « Le prêtre du XXIe siècle face aux technologies de l’information et de la communication : les principaux défis pour l’évangélisation », avait pour objectif d’outiller les étudiants séminaristes et les participants à s’imprégner des enjeux de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication au cœur de la mission évangélisatrice de l’Eglise, conformément à l’esprit du Concile Vatican II.


Ouvertes par la messe votive à l’Esprit Saint présidée par Monseigneur Victor AGBANOU, Président de la Conférence Episcopale du Bénin et Evêque chargé de l’éducation catholique, les assises du colloque commenceront  effectivement avec la prière d’ouverture présidée par le même prélat.


Cette prière fut suivie par le mot de bienvenue du Père Recteur le Père Didier AFFOLABI. A l’issue de ce mot, place fut faite à un sketch sur les TIC qui répondit parfaitement à sa nature de corriger les mœurs en riant : « Castigat ridendo mores » dit l’adage latin. La fin de ce sketch marqua le début de la présentation des conférences.


Elle fut assurée par le Père Patrick BADOU. Cinq interventions furent présentées :


1- Le monde des TIC et les moyens de communication sociale : présentation et exposé de la question.


2- De la communication dans la Bible : le potentiel informatif de quelques données littéraires et syntaxiques dans la Bible hébraïque et la parabole du semeur comme paradigme de la communication ».


3- L’internet et les moyens de communication sociale : les meilleurs choix et les risques à éviter.


 4- Réseaux sociaux face à la sauvegarde de l’identité du prêtre aujourd’hui


. 5-« Les moyens de communication sociale au service de l’Evangile : la juste manière d’intégrer les outils de communcation dans l’Evangélisation ».


La première de ces conférences ne tarda pas à commencer. Sous la modération du Père Ghislain KOUTOUKLOUI, le développement du thème de cette conférence a été fait par le Père Jean-Justice Clotaire BOCO et reposait sur quatre grands axes : l’évolution des moyens de communication ; le fonctionnement des NTIC ; les défis des NTIC pour le prêtre et des pistes de réflexion. Avec cette conférence, nous avons compris que contrairement aux XIXème et XXème siècles marqués par une activité intense dans les secteurs primaire et secondaire, le XXIème siècle se définit plutôt comme celui d’une société axée sur le service, avec un développement impressionnant des medias traditionnels et des nouveaux médias appelés les NTIC, notamment de l’internet qui à lui seul prend en compte le texte, le son et l’image. Ces TIC, dans leur fonctionnement, sont directes ; marquées par une préférence pour ce qui est virtuel, ce qui est lointain ; une démocratisation de l’information. Cependant, tout ce qui circule sur le net et sur les autres medias en général est récupérable et utilisable même contre les auteurs. Cela engendre des défis que le  prêtre doit relever. Le premier défi est la sainteté : les TIC nous contraignent à la sainteté. Sans rester en marge des TIC, sans souffrir du manque des services qu’elles offrent, nous devons faire preuve de sagesse et de discernement dans leur usage.


La deuxième communication fut une double conférence assurée par les Pères Pamphile LEGBA et Mathieu AÏFAN avec la modération du Père Jean-Baptiste TOUPE. Dès sa prise de parole, le Père LEGBA s’est interrogé sur la légitimité de la Bible dans le domaine moderne des TIC. Pour le conférencier, le caractère anthropocentrique du texte biblique fonde cette légitimité. Car, la Bible est communication de Dieu avec l’homme,  de l’homme avec Dieu, de l’homme avec l’homme. Ensuite, le premier conférencier a montré comment dans les textes bibliques, on note une variété de genres littéraires conduisant à une multiplicité de grilles de lecture. Poursuivant son instruction, il a montré que la communication se fait suivant plusieurs perspectives : matérielle, historique et  littéraire. De même, il a insisté sur l’importance d’une compétence générique dans le décodage du texte biblique. La redondance des mots, l’ordre des verbes qui se suivent dans l’Ecriture Sainte montrent ce que l’homme dit pour s’approcher de Dieu et comprendre sa Parole. Il a souligné, pour finir, que le blanc laissé par le rédacteur « se pose comme un temps d’attente, une attente réelle et spirituelle vécue par tout orant que le rédacteur matérialise par un vide grammaticalement inutile ».


                Si l’intervention du Père Pamphile s’est appesantie sur l’Ancien Testament, celle du Père Mathieu AIFAN, quant à elle, s’est focalisée sur le Nouveau Testament. D’entrée de jeu, il a resitué le contexte et la finalité du colloque en montrant que nous parlons des TIC pour mieux nous préparer à relever les défis d’une évangélisation plus sereine, plus complète et plus dynamique. Pour lui, il est donc important de revenir à la source de toute communication qu’est Dieu, et la parabole du semeur résume ce processus de communication de l’Ancien au Nouveau Testament. On peut retenir en substance que la semence dont il s’agit ici est la Parole de Dieu. Toute communication est donc Parole de Dieu, parole ensemencée et dont la germination dépend de la qualité du sol qui l’accueille. A partir de cette parabole, il a aussi mis l’accent sur la dimension verticale de la communication qui traduit son caractère kénotique. La parole ne doit pas être accessible à une partie au détriment du tout, du grand groupe. La dernière considération qu’il a faite porte sur l’observation du couple simplicité-humilité qu’on note dans la kénose de communication de Dieu en Jésus-Christ à travers son incarnation. En clair, face aux multiples opportunités que nous offrent les moyens modernes de communication dont le mésusage peut asservir et avilir l’homme, Jésus se révèle comme le modèle du communicateur par excellence qui vient pour restaurer la dignité de l’homme, image et ressemblance de Dieu. Cette deuxième communication fut suivie par des travaux en ateliers pour une réflexion encore plus nourrie.


       Quant aux activités de la deuxième journée, elles ont débuté avec la conférence du Père Hubert KEDOWIDE et sa modération a été assurée par le père Justin AGOSSOUKPEVI. Le thème développé était le suivant :« L’internet et les moyens de communication sociale : les meilleurs choix et les risques à éviter ».


Le conférencier a commencé par montrer que dans la dynamique communicationnelle, il existe trois paramètres : la technique, la sémantique et la psychosociologique. Et la validité du message dépend de la prise en compte de ces trois éléments. Trois points essentiels ont meublé cette conférence : l’usage de l’internet entre ombres et lumière, la navigation sur le net avec ‘un livret de bord’ ; l’usage prudent et efficace du numérique par l’Eglise.


D’une conférence à l’autre, la quatrième communication du colloque portera sur : « Les Réseaux sociaux face à la sauvegarde de l’identité du prêtre aujourd’hui » et fut donnée par le père Éric OKPEÏTCHA. Le père Grégoire GAINSI en était le modérateur. Le conférencier a structuré sa conférence en trois parties : quelques rappels sur l’identité et la mission du prêtre ; zoom sur les réseaux sociaux ; et les voies et moyens pour l’évitement des pièges des réseaux sociaux.


Dans la première partie, il a énuméré les points fondamentaux de l’identité du prêtre. Le prêtre est un homme choisi par Dieu et configuré au Christ prêtre ; il est intendant des mystères de Dieu, maître de la Parole et un homme de prière. L’identité du prêtre ainsi définie peut être fortement mise à mal par les réseaux sociaux. Le zoom sur ces réseaux nous a montré quelques avantages : le contact avec les hommes, l’interaction avec beaucoup et simultanément ; une promotion à moindre frais ; la démocratisation de l’information. Mais ce zoom a stigmatisé aussi des inconvénients : la fin de la vie privée ; les risques d’addiction, le cyber harcèlement ; le sexting ; les escroqueries en ligne.


Comment le prêtre doit –il alors user des réseaux sociaux sans perdre son identité ? L’Eglise demande aux prêtres d’être présents dans le monde numérique mais dans la fidélité au message évangélique, « la Bible en main ». Le pape Benoit XVI, invite les prêtres à la sagesse. Pour finir le conférencier a fait 12 recommandations au nombre desquelles : le prêtre ne saurait intégrer les réseaux sociaux numériques pour s’exhiber ou se célébrer; définir clairement les objectifs poursuivis par l’inscription sur un réseau social ; s’inscrire sur un réseau social, en créant un password alphanumérique assez complexe et régulièrement renouvelé.


La cinquième et dernière communication donnée par Père André KPADONOU commença par des considérations générales et historiques dont le but étant de montrer l’Evangile comme « source de grâce de la conversion pour une vie de foi, d’amour et d’espérance ». Dans notre monde hautement numérisé, il est plus que jamais nécessaire que le message du salut soit bien diffusé à travers une intégration éclairante et intéressante des outils de communication. Mais un tel engagement implique un bon usage de ces moyens de communication sociale dont les plus appropriés sont au nombre de 3 : à savoir la presse écrite, la radiodiffusion et la télévision. Cela « pour la simple raison que ces outils de communication permettent de mettre à la fois en communication et en communion soutenue, s’inscrivant dans une certaine durée, favorisant d’une certaine manière la réflexion, la méditation, la prière, la liturgie personnelle et communautaire en direct ou en différé, en actif ou en passif ». A cet effet, internet et ses corollaires whatsapp, facebook, twitter sont tout aussi utiles, à cause de la transmission merveilleuse des informations qu’ils favorisent, même si le rapport avec les réseaux sociaux exige un maximum de prudence pour sauvegarder le recueillement et la vie intérieure. En dernière partie, le Père André KPADONOU est revenu sur la responsabilité ecclésiale pour une formation des séminaristes à l’évangélisation par les médias. Ici, après avoir rappelé que la conférence Episcopale du Benin est l’autorité compétence dans le domaine, le conférencier a formulé des vœux pour une formation spécialisée et diversifiée, une coresponsabilité hiérarchique et charismatique et pour une présence effective de l’Eglise aux médias de l’Etat et privés. De plus, il serait très utile de promouvoir l’idéal évangélique et les valeurs chrétiennes des agents catholiques des communications sociales et favoriser une éducation des utilisateurs et  des bénéficiaires des services des outils numériques. Ainsi on pourra rayonner la beauté, la bonté et vérité de l’Evangile (cf. Pape François).


En somme, il conviendrait de noter que le présent colloque qui s’achève, est bien conforme à l’esprit de la nouvelle Ratio fundamentalis du 8 décembre 2016, qui loin de fustiger les moyens de communication sociale dans le cadre de la formation a proposé clairement leur utilisation modérée sans perdre de vue les moyens d’information traditionnelle. Ainsi peut-on lire au numéro 187 de cette  ratio que tout séminaire doit être doté d’« une bibliothèque en ordre et tenue par un personnel compétent » et de « l’accès à l’internet comme moyen de recherche et de communication ».


Au terme de ces trois jour d’échanges, d’information, de formation et d’apprentissage, nous avons été suffisamment avertis. Nous avons été formés à l’utilisation à bon escient des TIC pour faire rayonner l’évangile du Christ.


« Propter regnum Dei operari » : ‘Travailler pour le règne de Dieu’. Telle est la devise que le séminaire Saint-Gall s’est donnée. A la suite des valeureux aînés, tel le Père Thomas Mouléro dont nous nous apprêtons à célébrer le souvenir des 90 ans d’ordination sacerdotale, le 15 août 2018, ce séminaire malgré le poids de ces cent trois ans d’existence se propose de continuer à travailler sous la mouvance de l’Esprit à temps et à contre temps, afin de faire advenir le règne de Dieu par l’annonce de l’évangile. S’il est difficile d’annoncer ce règne dans un monde complexe où les repères moraux et éthiques tendent à disparaître, il nous paraît  très difficile, voire impossible d’annoncer ce règne sans l’utilisation et même la maîtrise des moyens de communication modernes.


Travailler pour le règne exige donc une attention aux moyens actuels d’annonce du règne. Avec fierté, Saint Gall remarque que plusieurs de ses fils et ses petits fils venus de près ou de loin ont été formés avec succès et compétence à cette technique. Malheureusement, les Sectes et les autres confessions religieuses semblent aussi à ce niveau encore plus performantes et semblent même prendre la meilleure part. Notre  cri d’alarme devra désormais devenir  un cri d’espérance et de réveil : « Saint Gall, réveille toi et fournis au plus vite à tes fils les moyens et les techniques d’une communication efficace, au service du royaume. « Alea jacta est » : ‘le sort est jeté’. Formateurs d’aujourd’hui et de demain, le défi à relever est simple et clair. Il s’agira pour tous de travailler ensemble pour une mission évangélisatrice de qualité et dans la durée, grâce à l’utilisation responsable des moyens de communication. Je vous remercie.


 

Père Ludovic GNANSOUNOU
Publié le Jeudi 09 Février 2017
 
 
Quatre nouveaux prtres invits au courage des tmoins de lEvangileQuatre nouveaux prêtres invités au courage des témoins de lEvangile
La paroisse saint Jean Apôtre d’Agouagon Thio a été témoin d’un événement inédit ce samedi 20 janvier 2018. Ce fut la première...   Lire la suite
 Retraite sacerdotale du clerg diocsain Retraite sacerdotale du clergé diocésain
                                 Du lundi 18 au...   Lire la suite
TOUTE L'ACTUALITE DU DIOCESE
Titre Date de publication
Quatre nouveaux prêtres invités au...
Quatre nouveaux prêtres invités au courage des témoins de lEvangile
Dimanche 21 Janvier 2018
Retraite sacerdotale du clergé...
Retraite sacerdotale du clergé diocésain
Dimanche 24 Septembre 2017
Programme du pèlerinage (2ème...
Programme du pèlerinage (2ème partie)
Jeudi 03 Août 2017
En marche vers les noces dargent
En marche vers les noces dargent
Samedi 10 Juin 2017
VIE DIOCESAINE
VIE DIOCESAINE
Jeudi 20 Avril 2017
RAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TIC
RAPPORT GENERAL DU COLLOQUE SUR LES TIC
Jeudi 09 Février 2017
Voeux du nouvel an
Voeux du nouvel an
Vendredi 06 Janvier 2017
Signature de lAccord-cadre entre le...
Signature de lAccord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Bénin
Mardi 18 Octobre 2016
LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS...
LA MISERICORDE: HARMONIQUES ET IMPLICATIONS RELATIONNELLES
Vendredi 23 Septembre 2016
Pélerinage marial national à...
Pélerinage marial national à Dassa-Zoumè (2016)
Vendredi 19 Août 2016

Saint du jour
Sts Sept Fondateurs de l'Ordre « Servites de Marie »

Lectures du jour
Is 58,9b-14.
Ps 86(85),1-2.3-4.5-6.
Lc 5,27-32.
Agenda du diocèse
précédent Février 2018 suivant
Lu Ma Me Je Ve Sa Di



Newsletter

Recevez notre newsletter

 

La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu

Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20)

Contactez Nous

  • BP 106 Dassa-Zoumé
  • Tél. : +229 22 53 01 80
  • Fax : +229 22 53 04 77
  • E-mail : eveche@diocese-dassa-zoume.org

Réseaux Sociaux

Suivez nous sur les réseaux.

rss