Diocese dassa

 

Dernières vidéos

Voyage au cœur de la Grotte Notre Dame Arigbo de Dassa au Bénin
Religion : célébration des 22 ans d'existence du diocèse de Dassa
Pèlerinage National des jeunes 2018 à Dassa Benin
  • Monseigneur François GNONHOSSOU à Trèbes
MEDITER AVEC MONSEIGNEUR
Messe christmale ( Homlie)Messe christmale ( Homélie)


 


 


Notre marche quadragésimale vers pâques que nous avons entamée depuis le mercredi des cendres a pris une allure tout autant importante que décisive avec le Dimanche des Rameaux. Cette mémorable liturgie de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem où il s’est offert à la mort pour notre salut, vous l’avez célébrée dans la ferveur avec vos fidèles sur vos paroisses respectives. Cette célébration conjugue le paradoxe de la souffrance et de la gloire du Christ, nous a introduits dans la Semaine Sainte et nous fait vivre intensément la célébration des grands mystères de Pâques. Avant d’entrer dans le triduum pascal qui retient nos souffles et nous conduira à la joie pascale, nous voici réunis ici à la Cathédrale de Dassa-Zoumè, pour célébrer la plénitude du sacerdoce et l’Unité de notre clergé diocésain. Je voudrais tout d’abord saluer et féliciter tous les prêtres, mes chers fils et immédiats collaborateurs dans cette belle et spirituellement riche vigne du diocèse de Dassa-Zoumè, que le Seigneur dans sa bonté infinie nous a confiée pour y semer sa parole. Je vous souhaite bonne fête du sacerdoce, fructueux et épanouissant ministère au milieu du peuple de Dieu. Je vous salue aussi et vous remercie très affectueusement chers fidèles chrétiens, vous qui témoignez courageusement votre foi en Jésus par le soutien inconditionnel que vous donnez à vos prêtres, exultant de joie et de fierté pour le don du sacerdoce, et manifestez votre reconnaissance à Dieu pour les bienfaits du ministère sacerdotal.


La messe Chrismale est pour nous prêtres et vous fidèles du Christ, l’occasion de rendre grâce au Seigneur lui qui, par pure grâce, nous a associés à son Unique Sacerdoce en nous faisant participer à sa mission d’évangélisation. Et comment ne pas bénir la Providence qui, en ce jour, me donne l’occasion de rendre grâce avec vous pour mes trois ans d’épiscopat ! C’était en effet le 28 Mars 2015 qu’en cette belle et prometteuse ville de Dassa, dans le Sanctuaire Marial National, en effervescence de joie et d’allégresse, je recevais par grâce divine, l’onction épiscopale pour présider à l’unité du presbyterium et travailler à la construction de notre Église-Famille, Corps du Christ, dans notre diocèse. Comment ne pas bénir le Seigneur qui a su ordonner les événements et les circonstances pour que cet anniversaire se célèbre en même temps ce 28 Mars 2018 comme la plupart des diocèses qui célèbrent la messe chrismale, la fête du sacerdoce ! Je voudrais y voir le signe de notre communion vécue ou encore l’appel à intensifier la communion entre vous mes prêtres et moi, votre évêque pour une synergie d’action dans l’accomplissement de la mission qui nous incombe dans ce diocèse. Si vous me permettez comment ne pas lire aussi un signe du Seigneur qui a inspiré que cette année qui cumule ainsi les événements de notre unité dans la foi soit conduite par le thème : « unité dans la foi, force des croyants pour la promotion de la paix et du développement ». Dieu sait nous bénir et nous combler de ses grâces. Son Excellence Monseigneur Fidèle AGBATCHI, mon cher et bien aimé frère et ainé dans l’épiscopat, soulignant cette prévenance du Seigneur que nous vivons dans notre diocèse ces jours-ci a pu bien m’écrire dans un courrier que je viens de recevoir de lui. Je cite : « le Seigneur fait toujours grâce dans grâce, et c’est ce que je constate dans ton cas où la date de l’ordination épiscopale, avec de petites nuances selon les années et les lunes, s’avoisine avec la célébration des Mystères de Pâque. Cela explique bien que l’épiscopat est un Sacrement, c’est-à-dire, intimement lié au Christ Mort et Ressuscité, et que, comme tel, il est au service de ces mêmes Mystères pour y faire l’Evêque lui-même et pour que l’Evêque y fasse entrer son clergé et le peuple de Dieu. C’est heureux pour toi que tous ces souvenirs soient chronologiquement si proches les uns des autres, pour manifester leur proximité dans l’ordre de la grâce. ». Si Dieu fait grâce, il faut le bénir et lui rester fidèle.


Évertuons-nous donc, chers fils, à rester fidèle au Christ par l’écoute attentive et positive de sa parole et par la mise en pratique réelle de son commandement : aimer Dieu et nous aimer les uns les autres. Restons fidèle surtout à notre ministère, parce que ce n’est pas nous qui nous choisissons, c’est le Seigneur qui nous choisit.


Je voudrais, en cette messe solennelle où tout le presbyterium est réuni, saisir l’occasion pour vous remercier, pour votre courage, pour votre amour et votre sens d’Eglise qui se traduisent par votre détermination à servir avec respect et fidélité l’Église de notre pays par amour et par respect pour notre peuple si pauvre soit-il. Votre engagement à travailler pour l’unité et l’édification de notre diocèse pour sa croissance spirituelle et communautaire. Par votre ministère, vous contribuez à l’édification du Règne de Dieu dans ce diocèse dont nous avons tous la charge selon nos statuts et responsabilités. Je vous suis très reconnaissant pour vos sacrifices, pour les difficultés pastorales souvent accueillies avec foi, abnégation et espérance.


Avec vous, depuis mon élection à la tête de ce diocèse, il y trois ans, nous avons formulé le vœu de faire de cette portion de l’Eglise qui nous est confiée, un point de mire de notre pays et je crois que nous travaillons avec l’espoir que notre commun rêve deviendra une réalité pour la plus grande gloire de Dieu et le bonheur de nous tous. 


Le sacerdoce est la plus noble fonction qui soit. Et nous devons mesurer la grandeur de ce que nous sommes sous le prisme d’une prise de conscience toujours active. À la suite du Christ et des Apôtres, Notre exemple ici au Bénin est le très révérend P. Thomas DJOGBÉNOU MOULÉRO. Il nous a laissé un très riche et éloquent patrimoine spirituel : la foi en Dieu, la fidélité au sacerdoce par le service de l’Église. Nous sommes des lieutenants du Christ, des alter-Christi et même parfois des ipse-Christi, c’est-à-dire le Christ lui-même agissant. Et c’est à juste titre que l’Eglise nous propose en ce jour ce passage du prophète Isaïe que Jésus reprend dans l’évangile selon saint Luc que nous avons écouté tout à l’heure. Ces deux extraits bibliques nous rappellent la mission qui est la nôtre en tant que prêtres, en tant qu’évêque, choisis et oints par Dieu pour être à son service. « L’Esprit du Seigneur est sur moi ; il m’a envoyé annoncer la Bonne nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la délivrance, aux prisonniers la libération, consoler ceux qui sont en deuil et proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. » Annoncer la Bonne nouvelle, guérir les malades, proclamer la délivrance et la libération, consoler et proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur, tel est le résumé substantiel de notre mission comme prêtres et évêque. Et cette prophétie d’Isaïe qui trouve son accomplissement en Jésus-Christ, doit continuer à se réaliser à travers nous aujourd’hui. Dieu nous a donné gratuitement cette grâce et choisis pour poursuivre l’œuvre du salut en son Fils unique Jésus-Christ. Jésus veut continuer à proclamer la Bonne Nouvelle du salut au monde par nous. Il veut se servir de nous pour consoler les affligés, pour aimer ceux qui se sentent abandonnés, pour libérer ceux qui vivent encore dans la prison du péché et annoncer l’espérance d’un monde nouveau traduit par une année de bienfaits et de paix.


De nos jours, beaucoup sont tentés par une sorte de pessimisme devant le mal qui afflige le monde, devant les misères ambiantes : Violences gratuites, égoïsme collectif et individualisme personnalisé, bassesses de toutes sortes, exploitation de l’homme par l’homme, abus de mensonges soutenu par des idéologies tentaculaires et matraquages politiques, prise en otage de la conscience morale par un ésotérisme capitaliste et religieux mortifère, bref toutes sortes d’absurdités et d’aberrations avec des contradictions cause d’une profonde crise de sens.


La société béninoise en crise politique économique, sociale et religieuse est aux yeux des incroyants, un démenti à la volonté et l’amour de Dieu. Mais hier comme aujourd’hui, la Parole du Christ illumine ce désenchantement, rectifie le regard pessimiste et redonne confiance : Dieu aime notre pays quoique baignant dans idolâtrie populaire, le syncrétiste ambiant, la course exacerbée au pillage des ressources publiques et l’accumulation de richesse nauséabondes. (Sacrifices humaines pour s’enrichir à tout prix).


Prêtres de Jésus-Christ, serviteurs de l’Église des pauvres nous devons sans cesse annoncer la Bonne Nouvelle, dénoncer les mauvaises habitudes, éveiller les consciences et témoigner de l’amour de Dieu pour notre pays et ses populations vulnérables. Notre message doit être l’expression de l’amour de Dieu pour tous. Car Dieu n’est pas insensible aux souffrances des hommes. Il y compatit et nous promet l’avènement d’un règne nouveau, d’une terre nouvelle où l’amour et la connaissance de Dieu gagneront les cœurs. C’est pourquoi nous sommes choisis, oints et envoyés pour témoigner de la vérité et œuvrer pour l’instauration de la paix, gage pour un développement authentiquement épanouissant pour tous. Pour que le message évangélique que nous annonçons soit crédible pour être favorablement reçu, nous devons éviter, chers pères et fils, les compromissions malicieuses, l’adhésion aux discours politiques aliénants et trompeurs venant de qui que ce soit. Dieu nous a sanctifiés en nous choisissant. Rendons-lui gloire et grâce par notre fidèle engagement au service de son peuple. Que notre vie ne contredit pas notre vocation au témoignage sur nous. Notre vie doit être modelée sur la vie de Jésus-Christ, sur l’imitation et la pratiques des vertus évangéliques. Car, ainsi que le disait le pape Paul VI, « Le monde croit aujourd’hui plus les témoins que les maitres, où s’il croit les maitres, c’est parce qu’ils sont des témoins ».


Chers frères et sœurs dans le Christ, notre ministère sacerdotal est noble et exaltant. Mais il est tout aussi exigeant et fragile. C’est pourquoi, je vous exhorte à prier sans cesse pour les prêtres afin qu’ils ne succombent pas aux tentations qui les environnent et qui parfois viennent de certains parmi vous qui les y entraînent ou qui y collaborent avec eux. Prions pour qu’ils gardent la pureté du cœur et du corps indispensables pour la qualité des célébrations de nos offices. Prions pour tenir dans le respect de nos engagements sacerdotaux. Prions pour que, par ce ministère que le Seigneur nous a confié, nous parvenions à la sainteté qui est l’objectif final de tout engagement chrétien. Je prie pour vous tous les jours et pour les prêtres en vous confiant à la protection maternelle de notre Mère, la Vierge Marie. Je demande aussi que vous priez pour moi, votre évêque afin que par nos prières les uns pour les autres et par la prière de vous aussi, notre ministère ne soit pas, ainsi que le disait l’apôtre des gentils, objet de vaines critiques, mais qu’il chante à la gloire de Dieu et offre le salut aux hommes et aux femmes de notre temps.


Tout en vous réitérant mes encouragements, bien aimés pères, je vous invite à toujours aller aux larges et à ne jamais céder au découragement quelle que soit l’impétuosité des vents qui soufflent ou souffleront. Le Seigneur est toujours dans la barque et nous conduira à bon port. Qu’il vous bénisse et vous garde toujours dans son amour pour son saint service au milieu de son peuple.


Le Seigneur soit avec vous ! 


+ François G. GNONHOSSOU, sma


Evêque de Dassa-Zoumé


 
 
Messe christmale ( Homlie)Messe christmale ( Homélie)
    Notre marche quadragésimale vers pâques que nous avons entamée depuis le mercredi des cendres a pris une allure tout autant importante que décisive avec...   Lire la suite
   Profession temporaire des surs Annick AGBANI et Clarisse AFFETO Profession temporaire des surs Annick AGBANI et Clarisse AFFETO
Le samedi 28 Octobre 2017 à 9h 30mn, le Diocèse de Dassa-Zoumé a abrité la profession temporaire de deux filles : Annick AGBANI et Clarisse AFFETO...   Lire la suite
TOUTES LES MEDITATIONS
Titre Date de publication
Messe christmale ( Homélie)
Messe christmale ( Homélie)
Samedi 31 Mars 2018
Profession temporaire des surs Annick AGBANI...
Profession temporaire des surs Annick AGBANI et Clarisse AFFETO
Vendredi 08 Décembre 2017
programme du pèlerinage (1ère...
programme du pèlerinage (1ère partie)
Jeudi 03 Août 2017
Directives Pastorales
Directives Pastorales
Vendredi 28 Octobre 2016
Déroulement de la neuvaine...
Déroulement de la neuvaine préparatoire à louverture de lannée de la miséricorde
Mercredi 25 Novembre 2015
Comment pouvons-nous communiquer l'année...
Comment pouvons-nous communiquer l'année de la Miséricorde
Jeudi 05 Novembre 2015
Rapport d'activités pastorales de Mgr...
Rapport d'activités pastorales de Mgr GNONHOSSOU François
Jeudi 24 Septembre 2015
Une ordination pas comme les autres...
Une ordination pas comme les autres...
Vendredi 24 Juillet 2015
Laudato si
Laudato si
Mardi 30 Juin 2015
Message de carême 15
Message de carême 15
Jeudi 12 Février 2015

Saint du jour
Sts Martyrs canadiens, missionnaires s.j. († 1642/1649)

Lectures du jour
Ephés. 1,11-14.
Ps 33(32),1-2.4-5.12-13.
Lc 12,1-7.
Agenda du diocèse
précédent Octobre 2018 suivant
Lu Ma Me Je Ve Sa Di



Newsletter

Recevez notre newsletter

 

La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu

Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20)

Contactez Nous

  • BP 106 Dassa-Zoumé
  • Tél. : +229 22 53 01 80
  • Fax : +229 22 53 04 77
  • E-mail : eveche@diocese-dassa-zoume.org

Réseaux Sociaux

Suivez nous sur les réseaux.

rss